Les actions de coeur

 

Soutien au Centre Anaïssa

 

 

 

 

La Fondation Anaïssa a été créée en  2000. Il n’existait alors que deux centres à Douala : les Enfants de maman Nono et le FEDEM-Caméleon. Néanmoins, ces deux structures ne répondaient pas au besoin spécialisé pour les enfants ayant un handicap mental. La société camerounaise met encore les handicapés mentaux en marge et ne s’en occupe pas. De ce fait, beaucoup de parents d’enfants handicapés mentaux se sont rassemblés afin de créer une association dans le but d’avancer les mentalités.

 

 

 

 

Le Centre Anaïssa : La Fondation Anaïssa met sur pied le Centre Anaïssa en 2004. Cette structure a été fondée afin de prendre en charge efficacement les enfants atteints de handicaps mentaux. A son ouverture, il accueillait huit enfants de 4 à 16 ans et en 2007, l’effectif était constitué d’une douzaine d’enfants. L’objectif fondamental du Centre est de favoriser le plein épanouissement chez tout enfant handicapé mental.

 

 

 

Les actions : la création d’échanges

 

- A travers les séjours solidaires : Durant nos séjours, nous permettrons à nos amis voyageurs d’aller à la rencontre de ces enfants et jeunes, d’intervenir dans ces établissements pour ainsi vivre plus intensément et solidairement leur séjour.

 

- Depuis 2015, un partenariat entre Terre Azimuts et l'Institut Régional du Travail Social de Nouvelle-Aquitaine a permis à de jeunes futurs travailleurs sociaux d'effectuer un stage au sein du centre social. Ceci nous permet d'asseoir un projet pérein et évolutif auprès du centre et des enfants pris en charge.

 

 

TAz Cameroun avec les enfants du Centre Anaïssa

 

 

Le Cameroun et le handicap psychomoteur

 

Environ deux millions d’habitants, soit une personne sur dix, souffrent d’un handicap au Cameroun. La vision du Cameroun aujourd’hui sur le handicap en général, est celle de la France il y a 50 ans. Il est encore mal perçu d’être une personne en situation de handicap, notamment pour les familles travaillant dans le secteur informel où toute la famille travaille pour subvenir aux besoins quotidiens (la majorité des familles : près de 90% de la population camerounaise tire ses revenus du secteur informel). Un handicapé psychomoteur est considéré comme «un diminué » et donc une charge pour les familles les plus démunies. Dans les familles plus nanties, l’enfant handicapé est parfois perçu comme une malédiction ou un enfant de la honte qui doit être caché.

 

En France, malgré les ULIS, l’intégration de jeunes handicapés demeure difficile (le taux de chômage chez les personnes en situation handicap est deux fois plus élevé que celui de la population active). Au Cameroun, le gouvernement ayant à faire face à de nombreuses difficultés a du mal à s’occuper de la prise en charge et l’intégration des personnes handicapées, c’est donc des associations qui se réunissent pour agir concrètement. A travers l’organisation de conférences ou de manifestations diverses, elles tentent de sensibiliser la population, et surtout les jeunes à travers des interventions au sein d’établissements scolaires, mais essaient aussi de trouver des voies d’intégration à la société pour ces personnes.

 

Au Cameroun, près de 90% des personnes handicapées ne savent ni lire ni écrire, soit plus de 1.500.000 individus. 80% des personnes handicapées âgées entre 15 et 64 ans sont sans emploi, majoritairement à cause de leur déficit d’éducation.

 

 

 

Arbre de Noël 2013

 

 

Florence Nkembé, présidente de la Fondation Anaïssa

 

Démonstration de Kung Fu

 

 

 


 

FEDEME - "Le Caméléon" (Douala - Bassa)

 

FEDEME «Le Caméléon» est un organisme sans but lucratif au service des enfants et des jeunes ayant des difficultés d'apprentissage et des besoins éducatifs spéciaux.

 

A l'origine, il existait un centre du nom de "Caméléon" accueillant des enfants handicapés psychomoteurs seulement ce dernier ferme ses portes en 1999. Madame Towa, d'origine allemande et maman de Mélanie, une des enfants inscrite dans le centre, perd son mari la même année. Elle décide alors de faire de sa grande demeure un centre d'accueil afin de poursuivre les oeuvres du Caméléon, elle gardera d'ailleurs ce nom.

 

En Septembre 2000, FEDEME (qui signifie Fondation pour l'Education des Déficients Mentaux et Auditifs) ouvre ses portes avec 20 élèves. Aujourd'hui, le centre accueille une cinquantaine d'enfants dont 27 déficients mentaux et 22 déficients auditifs.

 

Les enfants sont séparés en différentes sections en fonction de leurs troubles. L'étage est réservé aux déficients auditifs et le rez-de-chaussé aux déficients mentaux. Ces derniers sont divisés en deux catégories : les handicaps dit "lourds" d'un côté et les enfants qui peuvent compter, écrire, lire, etc. d'un autre. Le personnel travaille en étroite collaboration avec les enfants pour concevoir des plans d'enseignement individualisés afin de s'assurer que chaque enfant aille au bout de son plein potentiel.

 

Le centre possède plusieurs ateliers (salon de coiffure, atelier de vannerie, atelier de bois, atelier couture) où les enfants peuvent apprendre à maîtriser ces métiers. Ceci pour qu'en dehors du centre, une fois adulte, ils puissent être autonome et se débrouiller dans le monde actif.

 

Le centre Caméléon manque de personnel formé, et d’encadrants, Terre azimuts se propose de développer des actions commune et les soutenir dans leurs recherches.

 

Visite du FEDEME 2013

 

 

Madame Towa nous présente le FEDEME

 

Section des déficients mentaux

 

Section des déficients auditifs

 

Les Ateliers

 

 

 


 

Arbre de Noël à l'Orphelinat Saint-Jean (Douala - Déido)

 

L’orphelinat Saint-Jean (OSJ) de Douala est un orphelinat de l’archidiocèse de Douala. Il fonctionne depuis Février 1999 et compte une cinquantaine d’enfants entre 0 et 17 ans. Le centre est géré par les sœurs de la Congrégation des sœurs servantes de la passion.

 

Les enfants présents au centre sont souvent :

•Des enfants abandonnés, retrouvés dans la rue ;

•Des orphelins amenés au centre, par des proches ou voisins des parents décédés ;

•Des enfants subissant des maltraitances.

 

Le centre vit essentiellement de dons provenant de l’archidiocèse de Douala, et de « dons de personnes de bonnes volontés et d’âmes de bonnes volontés »

 

 

 

Gabriel, représentant de Taz Cameroun, et la Mère Supérieure

 

La distribution des surprises, Pauline et Cassandra vide la hotte du Père Noël

 

Moments de partage avec les enfants

 

Le bédéiste Almo a offert ses plus belles caricatures aux enfants,

heureux de découvrir celui qui se cache derrière leur personnage favoris ZAMZAM

 

 

 

 



Réagir


CAPTCHA


Calendrier
« Décembre 2017 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031
Rechercher sur le site

Espace Membre

Pas encore de compte ?

Mot de passe oublié ?

Newsletter

En inscrivant votre e-mail, vous recevrez gratuitement les bulletins d'information de Terre Azimuts

Twitter
https://t.co/ZQi5lOQAqZ
le 18/06/2017
J'aime une vidéo @YouTube : "Tzy Panchak - Super Woman (Official Video)" à l'adresse https://t.co/MkvDmP1qSi.
le 16/06/2017
RT @LaTourEiffel: Ce soir, à minuit, je m'éteindrai pour rendre hommage aux victimes des deux attentats survenus à Bagdad. #tourEiffel http?
le 30/05/2017
J'aime une vidéo @YouTube : "Finale DM4 2017 : US SAINT JEAN vs Les CHARTRONS" à l'adresse https://t.co/kN8akcyFiu.
le 27/05/2017
RT @Pieds_Sur_Terre: Nouveau Président, nouvel épisode de "Places de la République" #20... https://t.co/PwIGZrpAba https://t.co/KIxf1tu4ph
le 24/05/2017